• Marc Antoine Zufferey

L'Eau, Ô L'eau !

Mis à jour : 1 mai 2019

#eau

Il y a deux catégories d'êtres humains vis-à-vis de l'eau :

1. ceux qui goûtent l'eau tel le meilleur des vins aux arôôôômes de fruits des bois et aux touches subtiles, et qui aiment l'absence de goût de l'eau, tel un silence bien senti en musique.

2. ceux qui boivent l'eau de manière fonctionnelle, "bien obligé" de boire, et qui n'y pensent pas et s'habituent à supporter des eaux aux goûts divers.


J'ai aussi entendu parler de quelques être humains qui ne boivent jamais d'eau de peur de rouiller de l'intérieur et préfèrent nettement une boisson alcoolisée ou du café... (phrase entendue en Valais, ce beau pays, souffrant néanmoins d'une dépendance accrue au vin, mais tout change, parfois...).


Ce post s'adresse à la première catégorie, et volontiers à la deuxième à l'esprit aventurier et prêt à changer de mode.



Une chose est certaine : l'importance de la qualité de l'eau pour la santé est primordiale.

Chacun s'habitue facilement à l'eau qu'il boit chaque jour, et l'exigence (gustative et énergétique) a vrillé dans la population. La qualité de l'eau est en chute presque partout, car les pesticides, désherbants, les déjections de bovins, et surtout les engrais azotés se retrouvent facilement dans les nappes phréatiques et dans les sources. Un nouveau problème a compliqué encore la donne : les microparticules, les antibiotiques, les hormones, etc...


Un exemple en est le changement de l'OFSP, ou la loi suisse, lorsque les mesures du taux de nitrates effectuées sur les eaux d'Henniez ont augmenté au-delà du taux acceptable, ce qui a eu lieu il y a quelques années. Au lieu de trouver des solutions sanitaires, la limite légale a été tout simplement modifiée.

Il faut dire que ces augmentations de nitrates étaient dues aux grandes quantités d'engrais que l'agriculture intensive a déversés non loin de la source, et que ces engrais mettent une vingtaine d'années pour traverser les couches géologiques avant de se retrouver dans l'eau de la source.

Ce fut donc effectivement plus simple de transformer un chiffre dans une loi, et comme il n'y pas de preuves, à part le bon sens, que ces nitrates sont mauvais pour notre santé... tout va bien. Sauf pour ceux qui goûtent l'eau : c'est mauvais et ça ne ressemble pas du tout aux arôoomes subtils des fruits des bois... (vous me répondrez peut-être qu'il suffit d'y mettre un peu de sirop...)


Les eaux qu'on obtient du réseau d'eau varie évidemment beaucoup selon les régions. Mais elle est en général chargée de chlore et de nombreuses, différentes et de plus en plus étranges substances (antibiotiques,...). Il y a des exceptions, par exemple, à Martigny, il y a plusieurs fontaines exceptionnelles distribuant une eau extraordinairement bonne et pure, à vous de les trouver !


De nombreuses études ont été réalisées sur l'effet de l'eau sur la santé, de manière plus ou moins scientifique. Il faut néanmoins, comme d'habitude, ne pas tout croire ce qui se dit, car l'eau est précieuse, et certaines grandes entreprises l'ont très bien compris en rachetant des sources et des rivières.

Il est donc utile de vérifier la source (encore elle!) des informations que nous recevons - cela est valable bien entendu pour toute information - et surtout les raisons et les motivations derrière la recherche : "qui" cherche ? Quelle est son intention ? A-t-il un quelconque intérêt dans le résultat ?

Cela est quasiment toujours le cas, puisque toute recherche prend du temps et a un coût...

Alors il nous faut ouvrir grandes les oreilles et les yeux (et au final, votre goût), surtout de nos jours, pour extraire la vérité des faits apparents. Le discernement est une denrée précieuse, tout comme l'eau.

Pour l'eau - de la même manière que pour les ondes électromagnétiques - le corps humain supporte une certaine quantité de nuisances, mais à force de les additionner, notre corps est soumis à de grands stress.


Les deux camps d'informations sont assez vite repérables, je vous laisse le soin de trier ce qui vous semble plus juste :


- les chercheurs liés à l'industrie ou à la médecine allopathique sont clairement positionnés sur le fait que l'être humain a besoin des sels minéraux contenus dans l'eau, et pensent que les eaux en bouteille sont excellentes (pour ne pas les nommer et leur faire de la pub : Henniez, Evian, Contrex, etc...). Ceux-ci acceptent le chlore comme un élément pas trop perturbateur si l'on ne dépasse pas certaines limites. Toute la question est de savoir combien, et là tous ne sont pas d'accord.


- Les naturopathes, eux, pensent habituellement que les substances en suspension dans l'eau ne sont pas assimilées, et ne font finalement que charger les reins, qu'il est donc inutile de boire des eaux chargées en sels minéraux et que nous trouvons les sels minéraux qui nous sont nécessaires dans les légumes, la nourriture, etc...

Evidemment que si on ne mange pas bio, on risque bien d'ingurgiter au moins autant de substances nocives que dans les eaux chargées.


On peut se demander comment les gens font pour supporter le goût de nitrates et de bicarbonates des eaux sur-minéralisées vieillies en bouteille PET et vendues après flashage aux rayons X. C'est vraiment mauvais. Et en ce qui concerne le chlore, qui est accepté comme dangereux pour la santé, le bon sens serait de ne pas en ingurgiter, même en de "petites" quantités. Je laisse votre goût décider de la quantité que vous aimez.

L'industrie conseille quand même aux nourrissons la "Mont Roucous" ou la "Rosée de la reine", qui sont des eaux excellentes au goût et très peu chargées. Mais une question apparaît à l'esprit éveillé : "pourquoi seulement pour les nourrissons ? "



En Résumé :


Afin de ne pas entrer dans la controverse et devoir choisir un des deux camps, il est possible de rester autonome en se fiant à son goût. Pour cela, il est nécessaire de le travailler, afin de le rendre autonome et fiable. Cela demande un effort, comme pour toute connaissance, mais un effort très plaisant selon la plupart des personnes qui le pratiquent !


Alors goûtez l'eau !



Le seul aspect physique des substances a été observé dans ce post. On pourrait bien entendu aussi parler des effets subtils.

Un prochain article traitera des moyens de filtration qui existent pour ceux qui veulent assainir leur eau.



Pour en savoir plus :

Il y a de nombreuses études sur l'effet de l'eau sur le corps humain, dont celles du Dr. Vincent #bioélectronique qui ont influencé de nombreuses recherches. Vous trouverez par exemple ici un résumé de ses recherches, ou facilement sur internet.

N'hésitez pas à partager si ces informations vous ont été utiles.




Beaume-les-Messieurs